Poetry is the journal of the sea animal living on land, wanting to fly in the air. Poetry is a search for syllables to shoot at the barriers of the unknown and the unknowable. Poetry is a phantom script telling how rainbows are made and why they go away. Poetry is an echo, asking a shadow to dance - Carl Sandburg..........Poetry should be great and unobtrusive, a thing which enters into one's soul, and does not startle it or amaze it with itself, but with its subject - John Keats .........Poetry is the breath and finer spirit of all knowledge - William Wordsworth ..........Poets utter great and wise things which they do not themselves understand - Plato .........No man was ever yet a great poet, without being at the same time a profound philosopher. For poetry is the blossom and the fragrance of all human knowledge, human thoughts, human passions, emotions, language - Samuel Taylor Coleridge .........One demands two things of a poem. Firstly, it must be a well-made verbal object that does honor to the language in which it is written. Secondly, it must say something significant about a reality common to us all, but perceived from a unique perspective. What the poet says has never been said before, but, once he has said it, his readers recognize its validity for themselves - W. H. Auden ...........Poetry is just the evidence of life. If your life is burning well, poetry is just the ash - Leonard Cohen .........There is a pleasure in poetic pains which only poets know - William Cowper .........Genuine poetry can communicate before it is understood -T. S. Eliot ..........Poetry heals the wounds inflicted by reason - Novalis...........He who draws noble delights from sentiments of poetry is a true poet, though he has never written a line in all his life - George Sand .........A poem is never finished, only abandoned - Paul Valery ........A poet is a bird of unearthly excellence, who escapes from his celestial realm arrives in this world warbling. If we do not cherish him, he spreads his wings and flies back into his homeland - Kahlil Gibran.............Poetry should strike the reader as a wording of his own highest thoughts, and appear almost a remembrance - John Keats..........To be a poet is a condition, not a profession - Robert Frost........A poem is true if it hangs together. Information points to something else. A poem points to nothing but itself - E. M. Forster.........Publishing a volume of verse is like dropping a rose petal down the Grand Canyon and waiting for the echo - Don Marquis...........Poetry is not a turning loose of emotion, but an escape from emotion; it is not the expression of personality, but an escape from personality. But, of course, only those who have personality and emotions know what it means to want to escape from these things - T. S. Eliot ..........You can tear a poem apart to see what makes it tick. You're back with the mystery of having been moved by words. The best craftsmanship always leaves holes and gaps so that something that is not in the poem can creep, crawl, flash or thunder in - Dylan Thomas .........Poetry is boned with ideas, nerved and blooded with emotions, all held together by the delicate, tough skin of words - Paul Engle......... There is not a joy the world can give like that it takes away! Lord Byron

Herta Müller, prix Nobel de littérature : l’œuvre d’une résistante

 

par Elisabeth Bouvet - RFI

Nadwah - 9 octobre 2009

 

 

L’Académie suédoise a récompensé ce jeudi 8 octobre à Stockholm la poète et écrivain allemande d’origine roumaine. Herta Müller, 56 ans seulement, a été distinguée pour avoir « avec la densité de la poésie et la franchise de la prose, dépeint l’univers des déshérités », selon la formule de la vénérable Académie qui, en la gratifiant du prestigieux prix Nobel, a déjoué tous les pronostics.

 

L’Académie suédoise est rarement là où on l’attend. Et pourtant, en jetant un coup d’œil à la liste des lauréats du prix Nobel, on aurait mauvaise grâce à s’offusquer des choix effectués. Cette année encore quand l’on songe que le 9 novembre prochain, l’Allemagne (et même la planète entière) célèbrera les vingt ans de la chute du Mur de Berlin comme la fin d’un cauchemar et l’aube d’une nouvelle ère plus juste, plus libre, plus pacifique.

 

Or, en désignant Herta Müller, les membres de l’Académie braquent certes les projecteurs sur l’Allemagne réunifiée mais également sur ce monde d’avant qui fut, du moins pour une partie orientale de l’Europe, sous la coupe du communisme. Car l'existence de l’auteure allemande, son œuvre aussi se retrouvent précisément à la croisée, à la charnière, au cœur même de ces deux « espaces-temps ».

 

Si elle a rejoint l’Allemagne fédérale en mars 1987, soit deux ans avant la chute du mur, c’était pour fuir le régime totalitaire de Ceausescu. En Roumanie, où Herta Müller est née en 1953 dans la communauté germanophone (et à ce titre, minoritaire) du Banat dans l’ouest du pays, elle est en effet interdite de publication, ses écrits étant considérés comme hostiles aux autorités. A commencer par son roman Niederungen, chronique impitoyable d’un village marqué par la peur, la haine et l’intolérance de la part d’un pouvoir répressif et néanmoins ubuesque, dont la parution au début des années 1980 lui avait valu de sérieuses tracasseries avec la Securitate, la police d’Etat. Sans oublier les trahisons et les dénonciations dans le cercle des proches, le lot commun à ce type de régime.

 

Pourtant, si elle vit depuis plus de vingt ans en Allemagne de l’Ouest, pourtant si en rejoignant le pays de sa langue maternelle, elle a tourné le dos à ce roumain synonyme de répression, Herta Müller ne s’est jamais défaite de son expérience de la dictature. De ses stigmates. Qu’elles soient évoquées frontalement comme ce fut le cas successivement avec L’Homme est un grand faisan sur terre (1988, éd.Maren Sell), Le Renard était déjà le chasseur (1997, Seuil), Hertzier (1994) et La Convocation (2001, éd.Métailié) - dans chacun des cas, l’auteure repart en Roumanie -, ou à travers sa découverte (désenchantée ?) d’abord de Berlin-Ouest puis de Hambourg. Dans  Reisende auf einem Bein (1989) puis, trois ans plus tard, dans Eine warme Kartoffel ist ein warmes Bett, elle dénonce  la persécution des Kurdes, et de manière générale, des immigrés.

 

Dans la littérature d’Herta Müller, l’attention est d’abord portée aux détails, à ce qui fait que la liberté de ses personnages se rétrécit comme peau de chagrin, que leur existence est sans cesse broyée par des humiliations quotidiennes, que leur humanité est niée avec une cruelle permanence ou une permanente cruauté… De menus gestes qui s’accordent à l’écriture d’Herta Müller, elle-même sans esbroufe ni pathos, mais tenace comme les vies en butte que l’auteure décrit. Et si avant de devenir romancière, elle fut poète, ce fut une façon pour elle, par le biais des allégories, des métaphores, des visions, de s’échapper de l’environnement « carcéral » qui était le sien, une façon de se raccrocher à une image pour ne pas céder à la folie.

 

La fiction pour lutter, pour échapper à la peur… On songe à l’héroïne de La Convocation, une ouvrière dans une usine de confection en Roumanie qui fabrique des vêtements destinés à l’Italie et qui parce qu’elle rêve d’un ailleurs a glissé dans une dizaine de poches un billet sur lequel elle a écrit « Ti aspetto » (« Je t’attends », en italien) espérant ainsi qu'un homme la demandera en mariage, se retrouve convoquée à la Securitate. Empêchée de partir, de fuguer. A l’image de millions d’individus qui furent ainsi empêcher de tourner rond et dont les bouteilles à la mer demeurèrent lettres mortes. Les mots d’Herta Müller ont eux trouvé plus qu’un écho, plus qu’une résonnance, une écoute. Et depuis ce jeudi, une consécration qui a donc voulu, mais est-ce vraiment un hasard, qu'elle arrivât un mois avant le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin, qui devait provoquer un peu plus tard, en décembre, la fin des Ceausescu.

 

 

Comments 发表评论 Commentaires تعليقات

click here 按这里 cliquez ici اضغط هنا

Annoncez avec nous

Advertisement Price List

Make a donation to help Nadwah carry out its future literary projects and publications